Une relecture correction méthodique en 6 étapes

correction et relecture de texte
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Une relecture correction méthodique est indispensable pour présenter un texte de qualité. Nombre d’études démontrent que l’orthographe est aujourd’hui discriminatoire. Un écrit truffé de fautes pénalisera sans aucun doute son auteur.

correction relecture de texte efficace

Acquérir une méthode de relecture pro-active permet de produire des documents clairs, percutants et sans fautes. Un texte simple et harmonieux sera lu avec plaisir. Son message en sera d’autant plus porteur.

Une relecture correction efficace s’effectue en plusieurs étapes. Elle assure à la fois la cohérence et la fluidité de votre texte. Mais comment procéder ?

Quel environnement pour une relecture correction efficiente ?

Planifiez votre relecture
Votre texte rédigé, il est impératif d’y apporter les corrections nécessaires avant de le délivrer. La relecture de votre document doit être planifiée en fonction de la date d’échéance, de vos priorités et de la taille du document. Beaucoup de rédacteurs ne gardent pas suffisamment de temps disponible avant la date butoir. Ils se retrouvent à réduire au minimum, voire zapper cette partie pourtant cruciale.

Relisez à froid
Si vous le pouvez, laissez reposer votre texte et effectuez la relecture le lendemain. Vous le redécouvrirez et repèrerez facilement les imperfections. Un regard neuf sera bien plus efficace.

Optimisez l’horaire
Avant d’effectuer votre correction, vous devrez également tenir compte de votre état de fatigue. Choisissez l’horaire où vous êtes le plus performant. Vous aurez besoin de rester concentré un long moment et d’être efficient. Un œil vif et acéré vous assurera un meilleur rendu que des yeux pas en face des trous.

Préférez le calme
Effectuer sa relecture de texte dans un endroit calme, sans risque d’être dérangé et loin des distractions aide à rester concentré et attentif.

Prenez des pauses
Corriger son texte non-stop toute la journée est contre-productif. Après un certain laps de temps consacré à une activité, notre efficacité diminue. Selon la loi d’Illich, notre temps de concentration optimal est estimé à 45 minutes. Quant à notre efficacité, elle est déterminée par des cycles de 1h30.
Passé ce délai, mieux vaut faire une pause.

Les différents types de lecture

Dans la sphère professionnelle, la plupart des lecteurs ne lisent pas un texte en entier. Ils utilisent des stratégies partielles dites :

  • de repérage quand ils savent ce qu’ils recherchent (p.ex. recherche d’un mot dans un dictionnaire). La technique employée est celle du balayage vertical ;
  • d’écrémage quand ils ont une idée peu précise de ce qu’ils cherchent (p.ex. ils scannent quelques mots-clés pour saisir le sens d’un document). Leur regard balaye la page en diagonale ou en zigzag à la recherche d’informations essentielles ;
  • une fois que le balayage diagonal a permis de déceler une information importante dans le texte, le lecteur revient à une lecture intégrale ;
  • pour des documents plus longs, le lecteur utilise une stratégie de survol qui lui permet d’avoir une idée générale du contenu. Puis il poursuit avec une stratégie de balayage diagonal.

Comment rédiger pour être lu en mode diagonale ?

rédaction pour lire en diagonale

Vous pouvez faciliter le travail de balayage du lecteur avec :

  • un plan clair (titres et sous-titres),
  • des paragraphes structurés,
  • la ponctuation,
  • des espacements pour aérer les paragraphes,
  • des mots-clés mis en valeur (listes à puces, gras).

Notre cerveau nous joue des tours

Allez-vous réussir à lire ce texte ?

“Sleon une édtue de l’Uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dans les mtos n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire soit à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlbème. C’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.”

Selon une étude de l’Université de Cambridge, l’ordre des lettres dans un mot n’a pas d’importance. Vous pouvez toujours lire sans problème. 

Voilà précisément pourquoi la relecture correction est difficile !
Nous procédons de manière inconsciente à un balayage visuel du texte qui permet de capter son sens mais passe à côté des fautes. Une méthode de relecture structurée s’impose donc.

Stratégie de relecture correction

Une stratégie de relecture n’est pas une méthode gravée dans le marbre. Elle vous permet simplement de vous organiser pour relire de manière systématique et organisée un document. Appropriez-la-vous en l’adaptant à votre besoin.

Le plus important est de se concentrer sur un seul type de correction à la fois et d’avancer par étape. C’est l’assurance d’un rendu soigné et professionnel.

Concentration consciente

Voici quelques trucs pour obliger votre cerveau à se focaliser sur la recherche de fautes. À chacun sa méthode :

  • réécrire le texte avec une police et une taille différentes : changer la graphie à laquelle l’œil s’est habitué permet de casser l’habitude et aide à redécouvrir le texte ;
  • pointer le texte avec la souris : cela permet de ralentir la lecture et de se concentrer sur chaque mot ;
  • relire le document à voix haute : notre oreille entend la phrase bancale que notre œil ne voit plus. Le texte sonne bizarrement. Le manque de fluidité, la syntaxe approximative ou la longueur interminable d’une phrase s’entendent tout de suite ;
  • relire chaque phrase à l’envers : notre cerveau va plus vite que nos yeux et anticipe la suite d’un texte. Commencer une phrase par le point final oblige à se concentrer sur chaque mot ou groupe de mots pour mieux repérer les fautes.

6 étapes pour une relecture correction méthodique

Chacune des 6 étapes de relecture correction est détaillée sous forme de points à vérifier :

1re relecture : valider le sens et la pertinence des idées

La première étape consiste à relire le texte d’un seul trait. L’objectif est de s’assurer du contexte général du texte et de la pertinence de la communication. Il faut donc se poser les bonnes questions :

  • L’objectif du message est-il atteint ?
  • Le sens est-il respecté ?
  • Le déroulement des idées est-il logique ?

Puis, changez de casquette et mettez-vous dans la peau du lecteur :

  • Que comprend-il ?
  • Le message est-il clair ?
  • Répond-il à ses attentes ?

2e relecture : vérifier l’exactitude des informations

méthode de relecture et correction

S’assurer de l’exactitude des éléments présentés permet de rester crédible aux yeux des lecteurs. Cette correction est rapide. La vérification peut s’effectuer très facilement en ligne.

Il est important de corriger les incohérences de dates, de lieux, de personnes…ainsi que les incohérences de forme (tableaux, infographies, graphiques, statistiques, documents techniques).

3e relecture : améliorer la qualité rédactionnelle du document

L’objectif de cette étape de correction est de faciliter la lecture et la compréhension du texte par le destinataire. On doit clarifier le récit en agissant sur la construction des phrases. Ce remodelage permettra un rendu cohérent et harmonieux. Voici comment :

  • Vérifier la longueur des phrases : idéalement une phrase doit compter 15 à 20 mots pour que le lecteur ne décroche pas. Au-delà, elle devient plus difficile à lire et à comprendre. Les phrases les plus complexes doivent être coupées en deux ou trois ;
  • Améliorer la cohésion des phrases en utilisant des mots de liaison : ces connecteurs permettent de relier les idées entre elles en créant un lien logique entre deux phrases. Ils facilitent ainsi la compréhension du texte ;
  • Varier les tournures utilisées et la syntaxe : la succession de phrases du type « sujet-verbe-complément » peut vite devenir monotone ;
  • Éviter les formes passives : la voix active est plus directe et plus facile à comprendre ;
  • Éviter les formes négatives (remplacer « je ne me suis pas assise » par « je suis restée debout ») ;
  • Éviter l’accumulation des propositions subordonnées (qui, que) ;
  • Éviter trop de propositions relatives (il y a … qui) ;
  • Remplacer les formules impersonnelles : on, il y a ;
  • Remplacer les périphrases (remplacer « ne pas bien connaître » par méconnaître) ;
  • Alléger l’interrogation (supprimer « est-ce que ») ;
  • Chasser les lourdeurs, les redondances ;
  • Éviter les euphémismes et clichés (« les économies substantielles » ou « un nombre astronomique »).

4e relecture : corriger l’orthotypographie

Cette quatrième étape de correction se concentrera sur le bon choix des mots et le respect des règles typographiques. Cette liste, bien que non exhaustive, vous y aidera :

  • Contrôler les accords en genre et en nombre du groupe nominal, les accents, les négations, les consonnes doubles, les lettres muettes, les lettres finales,
  • Vérifier le choix des pronoms ;
  • Vérifier les conjugaisons et accords verbaux, les concordances de temps, les verbes transitifs ou intransitifs ;
  • Vérifier les accords des participes passés (avec avoir, être ou pronominaux) ;
  • Vérifier les paronymes (mots dont l’orthographe est proche) ;
  • Vérifier la typographie (ponctuation, espaces, majuscules et minuscules, titres et sous-titres, abréviations, sigles, traits d’union et tirets, guillemets…) ;
  • Éviter les mots longs ou abstraits qui freinent la compréhension d’un texte : préférer des mots courts et connus ;
  • Choisir le « bon » mot approprié au contexte : pour un texte professionnel, utiliser le vocabulaire de votre secteur d’activité ;
  • Remplacer les mots « passe-partout » par des mots plus précis (p.ex. aller, faire, avoir, chose…) ;
  • Supprimer les pléonasmes (p.ex. collaborer ensemble, prévoir d’avance…) ;
  • Supprimer les tics de langage, les termes familiers ou trop recherchés ;
  • Éviter les adverbes de manière en « ment » qui alourdissent la phrase ;
  • Éviter les sons désagréables ;
  • Utilisation de l’orthographe traditionnelle ou l’orthographe réformée : les deux sont acceptées. Veiller cependant à garder une cohérence tout au long du texte.

5e relecture : relecture finale

La dernière relecture sert à être sûr de n’avoir laissé aucune coquille.
Pensez à vérifier l’orthographe des titres et sous-titres, des notes de bas de page, de la bibliographie ainsi que la correcte intégration des citations.

6e relecture : contrôler la mise en forme

Et pour finir, ne pas oublier le formatage !

  • Garder une cohérence de mise en forme et aérer le texte : cela permettra un rendu harmonieux agréable à lire ;
  • Vérifier les listes à puces, l’espacement des paragraphes, des titres et sous-titres, la pagination, les notes de bas de page…
  • Vérifier l’application des standards de présentation et de charte graphique de l’entreprise ;
  • Vérifier le respect des conventions d’usage (bibliographie, normes APA…).

Les correcteurs orthographiques : oui mais…

relecture correction

Un correcteur automatique peut-il vous aider ?
Oui… mais à condition de l’utiliser avec discernement !
Ces outils sont efficaces en ce qui concerne l’orthographe des mots. Ils le sont beaucoup moins pour repérer les fautes d’accord ou de syntaxe.
On obtient parfois des résultats surprenants même pour des accords simples.
Exemple ci-contre avec les “chaussures marronnes” !!

Hemingway App : Cette application gratuite existe en anglais et en français. Elle est facile à utiliser. Vous copiez-collez votre texte dans la section « Write » (en haut à droite) puis cliquez sur « Edit » pour avoir votre analyse. L’appli repère les fautes d’orthographe mais également les phrases longues et les formes passives. 

Scribens : Ce logiciel gratuit est intuitif et simple d’utilisation. En cliquant sur « Options » à gauche (roue crantée), il vous permet de définir le genre de vos pronoms (par exemple « je » féminin). 

Vous pouvez également consulter le mini-test comparatif que nous avons effectué entre deux correcteurs d’orthographe.

Comment progresser en orthographe ?

Trello

En règle générale, nous reproduisons souvent les mêmes erreurs.
En identifiant les plus fréquentes et en les notant, vous les mémoriserez et les éviterez plus facilement à l’avenir.
Vous gagnerez ainsi du temps et monterez en compétence.

Vous pouvez utiliser des outils tels que Evernote pour regrouper vos notes ou Trello pour créer un tableau structuré par catégories de fautes. 

Demandez à un ami de relire votre texte

Gardez bien en vue votre objectif et l’enjeu lié à cette relecture : valider votre année universitaire, décrocher un diplôme ou un job, obtenir une promotion, remporter un marché, signer un contrat…

À quel ami pourriez-vous confier la correction de votre document ?

correction relecture de document
  1. Choisissez un ami qui a du temps à consacrer à une relecture approfondie : un professionnel mettra de 10h à 14h pour corriger minutieusement un texte de 40 pages.
  2. Choisissez un ami qui connaisse les subtilités de l’orthographe française, de la grammaire, de la syntaxe et les règles de la typographie.
  3. Choisissez un ami qui vous donne un avis honnête et des suggestions d’amélioration.

Vous avez trouvé la perle rare ? Tant mieux. Votre avenir mérite qu’on s’y intéresse.

Vous cherchez un œil expert pour relire vos textes ?

Vous manquez de temps ? Vous n’êtes pas sûr de maîtriser toutes les exceptions et bizarreries de la langue française ? Notre service de relecture et correction se charge de corriger vos textes avec rigueur et professionnalisme.

Au plaisir de travailler avec vous !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Pour continuer la lecture